Le 7 avril, Charlotte a eu 8 ans. Et dans 8 ans, elle sera notre coeur de cible. Et ce que je peux observer dans son comportement (mais également dans celui de ses amies car il ne s’agit pas ici de vous dresser un portrait de mon adorable petite fille ;o), me pousse à penser que nous allons devoir continuer à trouver de nouvelles solutions de communication et de marketing pour toucher Charlotte, dans 8 ans.

Charlotte peut faire plusieurs choses en parallèle.
Certes c’est une fille… mais bon, les petits garçons sont pareils… Cette capacité à regarder la TV en faisant faire ses devoirs à une troupe de playmobils accentuera la tendance au multi tasking. Aujourd’hui, nous comptons 6 écrans par foyer et un télé-spectateur sur deux qui pratique le multi-écran. Les ados d’aujourd’hui utilisent 3,4 médias en même temps. Comment Charlotte vivra-t-elle une émission TV ? Aura-t-elle envie de Shazamiser une pub ou attendra-t-elle des interactions plus directes ? Comment capterons-nous cette audience de plus en plus volatile ? Si elle trouve juste normal de pouvoir acheter les vêtements portés par l’actrice d’une série quelconque en temps réel pendant l’émission, jusqu’où faudra-t-il pousser les interactions pour continuer à la surprendre ?

Charlotte est rapide, elle vit dans l’immédiat.
Très grande surprise pendant les vacances de février. « Mais maman, il est où le bouton pause sur cette TV ? ». Inacceptable de ne pouvoir influer sur le séquencement d’un divertissement. Cette envie de prendre la main, le contrôle, le pouvoir sur les stimuli externes. Dans 8 ans, Charlotte n’acceptera plus les messages non sollicités. C’est elle qui choisira le Quoi, le Quand et le Comment. Si certaines théories nous mettent déjà dans l’ère du Vendor Relationship Management versus le CRM, nous pouvons être certains que les marques devront se plier au désidérata de leurs clients. Elle devront davantage compter sur leurs clients que sur leur stratégie de communication pour concevoir et vendre leurs produits. L’explosion des stratégies de marketing communautaires ces dernières années, voire ces derniers mois, ne fait que confirmer cette tendance. « The Forge » conçoit et commercialise des véhicules crowd-sourcés, Auchan intègre Quirky, et CVous ne cesse d’innover grâce à une communauté de plus en plus nombreuse et impliquée. Les chiffres sont au rendez-vous et nous rassurent sur le fait que le bouleversement socio-psychologique est en route. Quand Charlotte fait les courses avec moi et qu’elle a envie d’acheter un CD, elle trouve normal de prendre mon iphone et de googler le titre pour trouver une vidéo ou « quelquechose ». Ce quelquechose que déjà 50% des clients équipés de smartphones cherchent, sur le lieu de vente, en pratiquant le showrooming. Et quand on sait qu’après avoir trouvé ce quelquechose (prix, démo, avis) les 3/4 d’entre eux quittent le lieu de vente pour aller acheter ailleurs, on commence à y prêter attention…
Donc dans 8 ans, je suis persuadée que Charlotte jugera vite, sera intransigeante et fixera le tempo de la relation qu’elle aura avec une marque. Elle en attendra plus ; plus de plaisir, de valorisation et de valeur.

Charlotte est créative, donc difficile à séduire
La génération Z sera la génération la plus créative du siècle. Leur parents (donc nous, enfin… vous aussi) ont été les premiers à voir leurs idéaux bouleversés : Papa se fait licencier alors qu’il travaillait depuis 20 ans dans la même entreprise, Maman a décidé de trouver un travail alors qu’elle me faisait les louanges de la vie de mère au foyer. Et ce que nous avons transmis à nos enfants, c’est cette capacité d’Arbitrer. A mon époque, pour connaître le métier d’une personne, il suffisait de connaitre la marque de sa voiture, l’activité pratiquée par ses enfants et l’adresse du domicile principal. Un fils de médecin ne jouait pas au foot mais faisait de l’équitation. Les instituts de sondage se basaient d’ailleurs sur ces données socio-démo pour fournir des études marketing aux annonceurs et aux agences. Aujourd’hui, ce n’est plus possible. Nous avons décidé d’arbitrer pour ne pas prendre le risque de vivre les mêmes déceptions que nos parents. Et nos enfants ont compris ça. Ils voient nos incohérences. Et dans leur objectif permanent de cesser de ressembler à leurs parents, ils doivent mettre la barre plus haut. Et le plus haut, c’est la créativité. Dans 8 ans, Charlotte sera à l’affût des détournements, des contournements, des alternatives. Mais il faudra quand même imaginer un plan de communication quasi universel et formalisable dans un planning pour lui vendre ce sac Vanessa Bruno… bon courage…

Enfin voilà, Charlotte a eu 8 ans hier et en la regardant souffler ses bougies, je me disais que les agences digitales avaient encore de belles années devant elles et surtout encore beaucoup de choses à apprendre et à inventer. Regardez mieux vos enfants, observez chacun de leurs mouvements ; ils sont nos prospects de demain. Apprenons à les surprendre, cherchons leur faille et les domaines qu’ils n’ont pas encore explorés…