Trending topic de 2015, le micro UX poursuit son envolée et confirme qu’il n’est pas un simple buzzword. Qui est-il ? A quoi sert-il ? Et comment impacte-t-il notre façon de concevoir des interfaces ? Petit tour d’horizon.

Qu’est que le micro UX ?

Le micro UX s’attache à considérer le design d’interaction au niveau le plus fin possible, chacune de ces micro-interactions pouvant être étudiée de manière autonome et avoir un comportement propre.  

Elles peuvent être de natures très différentes (lancer une application, liker un contenu, choisir un mot de passe, afficher la page suivante) et donner lieu à des feedbacks très spécifiques.

Elles sont parfois invisibles ou presque mais en réalité, c’est souvent le détail qui fera la différence, la cerise sur le gâteau !

Macro UX vs micro UX

Macro et micro ne s’opposent pas mais sont bien complémentaires.  Le macro UX représente la base sur laquelle l’expérience utilisateur va s’appuyer : l’architecture du site, la navigation, les fonctionnalités qui vont permettre aux utilisateurs d’atteindre leur but.

Avec le micro UX, on va s’intéresser d’avantage au design d’interaction pour proposer des transitions, des animations, des effets générateurs de sens et d’émotion, qui vont faire agir et réagir le tout pour gagner en facilité d’usage et en intuitivité.

Micro UX, pourquoi s’y intéresser ?

Comme levier d’optimisation de la performance

Les micro-interactions sont au service de l’efficacité d’un dispositif ou d’une application. Elles sont pensées pour aider l’utilisateur dans la réalisation de sa tâche, simplifier les parcours et donc améliorer la performance du dispositif.

Pour créer de l’engagement, passer d’une application ou d’une interface « fonctionnelle » à une expérience utilisateur unique

Soigner ses micro-interactions, c’est se concentrer sur les détails qui donnent une âme à l’interface. Ceux qui permettent d’humaniser et de fluidifier l’expérience utilisateur. C’est mener son interface du purement fonctionnel à l’étonnamment intuitif.

C’est la finesse du travail autour des micro-interactions qui fera la différence, qui permettra d’augmenter le capital sympathie / empathie, de créer de l’engagement et de la préférence de marque.    

Pour sortir du lot, se démarquer de la concurrence

Au moment où beaucoup de grands acteurs commencent à être alignés sur l’approche « macro » (parcours, fonctionnalités, outils), les micro-UX sont un terrain de jeu qui reste encore à explorer plus en profondeur et qui a assez peu de limites en dehors de la créativité.

Les micro-interactions deviennent les éléments différenciant entre 2 produits ou interfaces proposant un service similaire.

Le best of Blab UX team

Quelques exemples qui ont retenu notre attention et qui illustrent bien la largeur du champ des possibles : du détail quasi invisible à l’immanquable, de celui qui fait sourire à celui qui apporte un vrai plus à la navigation.  

 

ANAELLE

[INVISION BLOG – comportement de l’onglet du navigateur]

Si un article du blog d'Invision est ouvert dans un onglet du navigateur mais que l'utilisateur n'est pas en train de le consulter, le titre de l’onglet en question est remplacé par « Don’t forget to read this… ». Une façon simple et efficace d'attirer l'oeil du lecteur et de se démarquer dans une forêt d'onglet !

ISABELLE

[VIRGIN AMERICA – formulaire de booking]

Simple mais efficace, les petits messages de Virgin America permettent d’envisager la saisie du formulaire avec le sourire 🙂 "hey there", "nice name". On se sent mieux.

ADRIEN

[GOOGLE – Aucune connexion Internet]

Quoi de plus rageant qu'une page qui ne charge pas pour cause de wifi instable ? Google a encore une fois pensé à nous…

Quand il y a un problème de connexion, en tapant sur la barre d’espace, un mini jeu permettait de prendre son mal en patience. Intéressant car prend en compte le contexte dans lequel évolue l’utilisateur.

JULIEN

[AMAZON – affichage des menus de navigation]

Nous avons tous été confronté voire agacé un jour en utilisant des menus de navigation en cascade…

Au mieux ils apparaissent avec un léger délai (fig A), au pire ils nous obligent à suivre un positionnement de curseur fastidieux pour ne pas masquer ou afficher le menu de la rubrique suivante (fig B)

Amazon affiche les sous menus de manière instantanée. La déduction de l’action souhaitée est basée sur le mouvement de la souris, tout simplement… (figC) Si la souris reste dans la zone bleue, on considère que c’est le sous menu de la rubrique en cours de survol qui doit resté affiché (et non afficher le sous menu de la rurbique en dessous)

Invisible mais tellement confortable à l’usage 🙂

figA                                                                                 

 

figB

fig C

 

DE : BLAB UX TEAM